0 1 2 3

Actes de colloques/Séminaires
« Créer un espace de discussions et d’échanges, c’est réinventer le monde en recherchant des solutions aux maux de celui qui est. Car, c’est par les mots que commencent à se dissiper les maux.»

                                     Diandué Parfait
Entretiens/contributions

«Si tous les objets sont donnés, alors sont aussi en même temps donnés tous les états de chose possibles.»

                       Ludwig Wittgenstein
Tribune/Galerie
« Les excuses ne figurent pas dans l’art, les intentions n’y sont pas comptées : à tout moment l’artiste doit écouter son instinct ce qui fait que l’art est ce qu’il y a de plus réel, la plus austère école de la vie et le vrai jugement dernier. »
                                       Marcel Proust

Bienvenue sur Nodus Sciendi

« Nodus Sciendi » signifiant « difficulté de connaitre » ou encore « nœud du savoir » est le nom donné à la Revue des Lettres, Arts, sciences de l’imaginaire et Sciences humaines. La Revue n’a pas pour dessein de gloser sur les difficultés du Savoir encore moins restreindre le champ de son application par un discours opaque nécessaire aux initiés des arcanes de la recherche.
Lire plus


Mots du comité d'organisation

« L’espace littéraire, comme l’espace mental et l’espace humain, est un espace total. Il est le lieu de tous les possibles. L’espace du livre charrie les plus vives tensions et les meilleures mélodies. Semblable à la symphonie du temps qui s’étiole dans les bas et s’élève dans les hauts, le champ de la littérature couvre les chants des seigneurs et des proscrits. L’espace littéraire en devient le milieu des transgressions, des constructions, des voyages, donc des possibles. C’est, ici, que Je conviens avec Herbert Marcuse qui note que « L’art brise la réification et la pétrification sociales. Il crée une dimension inaccessible à toute autre expérience – une dimension dans laquelle les êtres humains, la nature et les choses ne se tiennent plus sous la loi du principe de la réalité établie. Il ouvre à l’histoire un autre horizon. »
Pr DIANDUÉ Bi Kacou Parfait, Publication

La littérature débusque en nous les mythes enfouis. Elle tisse autour de nous une constellation, lumière de nos sociétés passées, actuelles et même à venir. Dans sa temporalité fluctuante, elle assure aux mythes du monde des racines dans le savoir où ses nervures se repandent, modèlent nos contes, nos légendes et même notre histoire. La littérature retrace l’essence anthropologique du monde dans l’actualisation permanente des Mythes. Car en définitive, comme le signifie Claude Lévi-Strauss, « Les mythes signifient l’esprit qui les élabore au moyen du monde dont il fait lui-même partie.»
Pr KONANDRI Affoué Virgine, Rédaction

Aimons la bonne littérature. Elle fait l’homme et au-delà sa société. Les catastrophes du monde actuel se mesurent au déclin de sa littérature. Tout est ramené à la triste expression du vivant : manger. Pratiquer la littérature du ventre et pour le ventre c’est anticiper la digestion de l’humain dans la pense des cataclysmes ambiants. C’est là que ma pensée rencontre le propos de George Steiner; quand il indique que : « La littérature contemporaine se rétrécit : elle recule devant la grande métaphore de l'avenir, cette alliance incroyable entre la poésie et les mathématiques ».
Dr SYLLA Abdoulaye, Production